Un Monde d'Avance 13

Le blog des militants d'Un Monde d'Avance dans les Bouches-du-Rhône

Réaliser le changement

Depuis quatre ans, Un Monde d’Avance a largement participé à la reconstruction militante et politique du Parti socialiste. Nous avons fortement nourri les débats qui ont permis à notre Parti de construire un projet fort et ambitieux qui nous a conduit à la victoire aux élection présidentielle et législatives.

À l’occasion du prochain Congrès de Toulouse, Un Monde d’Avance propose une contribution générale derrière les signatures de Barbara Romagnan, députée du Doubs, Liem Hoang Ngoc, eurodéputé, Benoît Hamon, ministre délégué, et Henri Emmanuelli, député des Landes et ancien Premier secrétaire du Parti socialiste.

> Lire la contribution « Réaliser le changement »

> Consulter la liste des premiers signataires et signer la contribution

> Les universités de rentrée d’Un Monde d’Avance (21 au 23 septembre 2012, Paris)

Et maintenant, le changement !

L’Histoire continue de s’écrire. 31 années après l’arrivée au pouvoir de François Mitterrand, permettant à la gauche d’y accéder pour la première fois sous la Ve République, dimanche 6 mai dernier, François Hollande recueillait 51,6 % des suffrages exprimés.

Le changement est en marche.

Cela commence dès maintenant, en donnant au nouveau Président de la République toutes les capacités pour mettre en place les réformes proposées et redresser notre pays lors des élections législatives. Donner une majorité au changement pour la justice sociale, l’égalité réelle et la République retrouvée. Donner une majorité au changement pour permettre de mettre en place les politiques nécessaires au rétablissement de l’économie, de la dignité des femmes et des hommes qui chaque jour font notre nation.

Cela passe par un vote pour les candidates et candidats du Parti socialiste et de ses alliés dans notre département et partout ailleurs en France. Pour que nous obtenions, enfin, une majorité de gauche, à l’Assemblée Nationale et qui donnera pour la première fois de son Histoire à notre pays, l’occasion d’avoir un Parlement où les 2 chambres sont majoritairement à gauche, après la victoire au Sénat l’année dernière.

Nous avons eu affaire pendant les 10 dernières années, à une droite de plus en plus décomplexée qui a fini par ne plus pouvoir se distinguer de son extrême. Il est temps de changer.

Nous nous souvenons des années de pouvoir de la gauche, des formidables espoirs qu’elle a su lever, et des déconvenues aussi. Mais nous n’oublions pas que les changements démocratiques, les conquêtes sociales, les droits et les libertés, les avancées humaines, les progrès sociaux et économiques, la construction européenne,  la démocratie sociale, l’écologie et tant d’autres domaines n’ont pu avancer et se concrétiser que sous la gauche, que lorsque la gauche était au pouvoir et avec un mouvement social qui appuie la marche vers le progrès !

Cette élection représente donc une occasion qu’il ne nous faut pas manquer.

Pour une gauche sérieuse, mais sérieusement de gauche, les 10 et 17 juin prochain, le vote pour le changement, c’est le vote socialiste !

L’Histoire s’écrit maintenant.

Meeting de François Hollande à Marseille

Le mercredi 14 mars, François Hollande sera en meeting à Marseille, au Dôme.

Le rendez-vous est à 18h30 pour toutes celles et tous ceux qui veulent mettre en place le changement.

Plus d’informations : Site de la Fédération du PS des Bouches-du-Rhône

 

L’austérité à l’échelle européenne

Aujourd’hui, au Parlement français sont soumis 2 textes :

1 — une modification du traité de l’Union européenne (article 136) autorisant la création d’un mécanisme européen de Solidarité (MES).

2 — un traité intergouvernemental des membres de la zone euro et d’autres créant le MES, en fixant le cadre, les règles de fonctionnement et de déclenchement.

Un troisième, prévu après la tenue de l’élection présidentielle en France, qui sera signé par les chefs d’État et de gouvernement, oblige à l’inscription de la « règle d’or » et prévoit des sanctions automatiques des pays et instaure durablement l’austérité en Europe.

En optant pour ces choix législatifs qui imposent des choix économiques à toute la zone euro, la droite continue à vouloir rassurer les marchés et les agences de notations avant de s’inquiéter du sort des peuples. Elle tourne définitivement le dos à la sortie de la crise en Europe et renonce à la croissance.

Ces traités subordonnant l’aide d’un fonds de solidarité à l’application de politiques de rigueur, à l’inscription comme principe fondamental des finances publiques de la fameuse « règle d’or », consacrent la perte de la souveraineté populaire et la soumission aux lois de la finance.

Ces textes, que ce soit la modification du traité de l’Union Européenne mettant en place le MES (Mécanisme Européen de Stabilité) ou le Traité intergouvernemental sur la Stabilité, la Coordination et la Gouvernance au sein de l’Union économique et monétaire (TSCG) n’ont vocation, dans leur forme actuelle, qu’à assurer la prédominance de l’idéologie économique libérale au détriment des citoyens de l’Union.

Ces trois textes constituent un pacte d’austérité qui ne répond ni aux exigences de solidarité, ni à la consolidation de la zone euro. La mise en œuvre de ces règlements reviendrait à mettre le couteau sous la gorge des pays qui ont des difficultés et à les contraindre à des pertes de souveraineté et à des politiques contraires à l’intérêt de leur peuple. Ce n’est pas l’Europe que les progressistes et la gauche doivent défendre. C’est cette Europe que le Parti Socialiste doit combattre en votant contre les 2 projets de loi !

Liens :

La Cour des comptes est-elle impartiale ?

par Liêm Hoam Ngoc

Le rapport annuel de la Cour des comptes fait autorité pour baliser le champ de la politique budgétaire. Il est loué pour sa rigueur comptable et sa neutralité politique. Sa cuvée 2012 accorde un satisfecit à l’effort de rigueur réalisé en 2011 (de 0,9 point de PIB, dont 0,4 point lié à l’abandon des mesures de relance) et programmé pour 2012 (1,25 point de PIB, soit près de 25 milliards d’euros). Cet effort serait le plus important réalisé depuis les années 1995 et 1996, où fut conduite par Alain Juppé la politique dite « de réduction des déficits », avec le bonheur que l’on sait…

Le rapport souligne que l’effort récent a surtout tenu dans une hausse des prélèvements obligatoires. Il indique que, sous l’hypothèse d’une croissance potentielle annuelle de 1 %, la France devra consentir un effort de rigueur de 20 milliards par an pendant trois ans (de 2013 à 2015) si elle entend contenir l’emballement de la dette publique qui, autrement, atteindrait 100% du PIB en 2015 et 113 % en 2020, amenant notre pays à consacrer 4,5 % du PIB par an au paiement des intérêts de la dette.

Reprenant les chiffres de la Commission européenne, la Cour des comptes estime que cet effort permettrait de réduire de près de 3 points le déficit structurel, que Bruxelles estime à 5,2 % du PIB. Mais comme l’effort récent a consisté à augmenter les d’impôts, le rapport préconise de répartir l’effort de 20 milliards par an pour une moitié en hausse des prélèvements et pour l’autre moitié en baisse des dépenses.

Outre la poursuite du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux dans le cadre de la Revue Générale des Politiques Publiques, il faudrait, en outre, poursuivre le gel des salaires des fonctionnaires, désindexer les pensions de retraites sur les prix et approfondir la politique de déremboursement des médicaments. La feuille de route du futur président de la République est donc fixée.

Il n’est pas question d’engager un euro de dépense supplémentaire. La hausse de la fiscalité doit être complétée par une baisse des dépenses. Hors de la rigueur, point de salut. Ce point de vue est présenté comme a-idéologique. La crédibilité est à ce prix. Aucune autre politique n’est possible.

Continuer la lecture sur le site Une Europe d’Avance

La question sociale au cœur du projet de François Hollande

Ce matin, Benoît Hamon était l’invité de RTL et revenait sur les engagements de François Hollande ainsi que sur sa participation à l’émission « Des Paroles et Des Actes » jeudi soir.

 

Les 60 engagements de François Hollande

Jeudi matin, François Hollande a développé ses 60 engagements pour son mandat.

Retrouvez-les sur le site officiel de notre candidat :

Les 4 chapitres thématiques du projet

Le fichier PDF des 60 engagements de François Hollande

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.